Publication scientifique


Parution "Recherche et éducation en physique à l'époque contemporaine à Lyon et en France"

le 1 octobre 2020

Cet ouvrage a été dirigé par Philippe LAUTESSE, Juliette TUAILLON, Fabrice FERLIN, Hugues CHABOT avec des contributions de Pascal Bellanca-Penel, Lionel Chaussard, Séverine Derolez, Yves Gomas, Jean-Loup Héraud, Françoise Khantine-Langlois, Sabine Rabourdin, Adrien Vila Valls Il paraît à la Librairie Philosophique J. Vrin, collection Science – Histoire – Philosophie, 2020.


Cet ouvrage est une invitation aux voyages, à la réflexion, et au développement de l’esprit critique, dans les mondes de la recherche, de l’éducation, de la médiation, en physique aux XXème et XXIème siècle, à Lyon et en France.
Le premier voyage, dans le monde de la recherche académique, met en scène deux physiciens lyonnais du XXème siècle, reconnus scientifiquement de leur vivant et oubliés depuis, même localement. Jean Dufay et Jean Thibaud, membres de la Faculté des sciences (aujourd’hui l’Université Claude Bernard Lyon 1), ont créé respectivement les Observatoires de Lyon et de Haute Provence, et l’Institut de Physique Atomique de Lyon. Les deux observatoires perdurent encore aujourd’hui et l’Institut de Physique Atomique est devenu depuis l’Institut de PhysiqueNucléaire de Lyon avant d’être renommé récemment Institut de Physique des 2 Infinis. Les deux scientifiques lyonnais sont les témoins de leur époque, du passage à ce que l’on appelle aujourd’hui la « Big Science ». Ils en ont aussi été des acteurs bien implantés dans la vie locale. Alors pourquoi ces deux chercheurs sont-ils si rapidement tombés dans l’oubli ? Louis de Broglie, dont il est aussi question dans ce livre, est quant à lui bien passé à la postérité et même les manuels scolaires de Terminale scientifique se souviennent, en tout cas depuis la réforme de 2012, de la fameuse « dualité onde-corpuscule » qui lui est chère.

Le deuxième voyage, dans le monde de l’éducation, met en scène la mécanique quantique, une des deux révolutions scientifiques majeures de la première moitié du XXème siècle (l’autre étant la relativité). La mécanique quantique est un exemple unique en physique d’un formalisme maintenant centenaire et jusqu’à présent jamais remis en question, avec des interprétations encore complètement ouvertes à ce jour. Pire, la référence même à l’objet quantique reste en questionnement. Comment alors enseigner la mécanique quantique et comment des manuels scolaires peuvent-ils alors prétendre s’en emparer ? L’aspect éducatif est discuté également dans le cadre de la médiation scientifique, proposée au travers de la mise en récit de la science. Nous discuterons également des ouvrages de vulgarisation qui ont été proposés par les trois scientifiques dont il est question dans ce livre, en insistant sur le fait que plus récemment la science se met en récit au travers de romans de fiction réaliste, de BD, de films. Ces médias peuvent servir de support pour l’enseignement mais également dans un cadre muséal et nous nous focaliserons particulièrement sur un outil de la science, l’accélérateur de particules de Cockroft-Walton, dont un exemplaire est exposé, médiatisé, au musée des Confluences à Lyon et dont un autre exemplaire fut le premier instrument de la Big Science dans un laboratoire de province, celui qui fut implanté par Jean Thibaud à Lyon.

Au travers de ces voyages, c’est une réflexion sur la science, sur les scientifiques qui la font, et sur une éducation scientifique pour tous qui est proposée. Notre ouvrage s’intéresse donc au caractère évolutif de la science, au travers de la physique, aux discours qui en sont faits, aux supports utilisés, en prenant soin de garder en éveil notre esprit critique sans pour autant perdre notre regard et notre âme d’enfant.



Lieu(x)



Publié le 1 octobre 2020 Mis à jour le 6 octobre 2020